03/12/2014


Le nom, la chose, l'être et le néant


Musaraigne en bronze et sarcophage de musaraigne
Musée des beaux-arts de Rennes - antiquités égyptiennes

15/10/2014


Le dossier Alvin
- presse & événements -


Photomontage de l’auteur [Anémones de mer par Giacomo Merculiano (1893) |
Persée secourant Andromède par Joachim Wtewael (1611). Musée du Louvre, Paris]



PRESSE

::: La marche aux pages - déc. 2014

::: Le Temps - déc. 2014

::: Librairie Ptyx - déc. 2014

::: Pileface - déc. 2014

::: Le Clavier Cannibale - nov. 2014

::: Radio campus Paris - La Bouquinerie - nov. 2014

::: Radio campus Lille - Paludes - #737 - nov. 2014

::: Radio campus Orléans - L'émission de littérature - nov. 2014

::: Le matricule des Anges - #158 - nov./déc. 2014

::: Litterature-romande.net - oct. 2014

::: Shangols - oct. 2014

::: D-Fiction - oct. 2014

::: La Couleur des jours - #12 - automne 2014


ÉVÉNEMENTS

::: 14-15-16 novembre à 14-21h, 11-21h, 11-19h
L'autre livre ::: avec art&fiction et R-Diffusion - stand C11
Espace des blancs manteaux
48 rue Vieille du Temple - 75 004 Paris

::: mercredi 5 novembre à 19h00
Librairie La Manœuvre ::: lecture-projection-dédicace
58, rue de la Roquette - 75011 Paris

::: vendredi 31 octobre à 19h00
Librairie Olympique ::: lecture avec Laurence de la Fuente pour Performances éthologiques de Font (éditions de l'Attente), organisée par Cécile Mainardi et le Chalet Mauriac.
23, rue Rode - 33 000 Bordeaux

::: vendredi 19 septembre à 18h00
Jardin «Dessous d’un bois», Place du Nord & avenue de France 16, Lausanne, Suisse
En collaboration avec Landing, Lausanne Jardins 2014.



COUP DE CŒUR

::: Librest - oct. 2014



07/10/2014

L'histoire est une autre histoire

 
Alvin & la sirène © Haijun Park

A découvrir sur D-Fiction, plateforme littéraire et artistique sur le web, le making-of de mon nouveau livre Le dossier Alvin (éditions art&fiction, 2014).

23/09/2014


Questionnaire de P.



A la demande de mon agent littéraire Virginia López-Ballesteros qui a proposé à ses auteurs de répondre au questionnaire de l'auteur de Pastiches et mélanges...



Le principal trait de mon caractère.
Un signe de ponctuation : le point d'ironie.

La qualité que je désire chez un homme.
Je reprends la réponse de Proust ; après tout c'est son questionnaire : “des charmes féminins”.

La qualité que je préfère chez une femme.
Ses grains de beauté essaimés dans son esprit.

Ce que j'apprécie le plus chez mes amis.
Leur goût des bacchanales, au sens noble du terme.

Mon principal défaut.
L'imposture.

Mon occupation préférée.
Voyager. Voyager dans l'espace ou en esprit, se promener par des chemins qui ne mènent nulle part comme dans “L'Enfer”, s'égarer, “par une forêt obscure car la voie droite était perdue”.

Mon rêve de bonheur.
Voir Barack Obama marcher sur les eaux. Ou encore : abolir les paradis fiscaux, en fermer les comptes bancaires, les ré-ouvrir et les cacher au Vatican, y blanchir l'argent puis envoyer le tout au Paradis dont Saint Pierre aurait, dit-on, la clef.

Quel serait mon plus grand malheur ?
Être sur une île déserte et n'avoir comme seul livre à lire que les “Heurs et malheurs du trou du cul” de Francisco de Quevedo.

Ce que je voudrais être.
Un rocher sur un autre rocher (Rock on Top of Another Rock), l'œuvre de Peter Fischli et David Weiss, installée dans Kensington Gardens, ou en Norvège, dans la nature.

Le pays où je désirerais vivre.
La Principauté de Sealand mais réaménagée en palace 7 étoiles ou l'Atlantide avant qu'elle n'ait été engloutie.

La couleur que je préfère.
Le mordoré, plus pour la sonorité du mot que pour la couleur elle-même.

La fleur que j'aime.
Toutes, avec une affection particulière pour les carnivores et les vénéneuses.

L'oiseau que je préfère.
Le colibri et le ptérodactyle

Mes auteurs favoris en prose.
En ce moment, Tobias Smollett, Henrik Ibsen et Quevedo.

Mes poètes préférés.
Par ordre alphabétique, Cécile Mainardi, Stéphane Mallarmé, Henri Michaux.

Mes héros dans la fiction.
Des escrocs, antihéros, pícaros, aventuriers et imposteurs, marginaux plus ou moins irrécupérables : El Buscón, Psalmanazar, Peer Gynt, Roderick Random, Casanova, Bartleby. Mais aussi certaines personnifications telles la Folie d'Erasme ou la déesse Stupidité d'Alexander Pope.

Mes héroïnes favorites dans la fiction.
Juliette, à la fois la bien-aimée de Roméo et Juliette la sœur de Justine ;  celle de William Shakespeare et celle du Marquis de Sade.

Mes compositeurs préférés.
Luc Ferrari, Alvin Lucier, Edgar Varèse, Henry Purcell, Johann Sebastian Mozart, Anton Webern, John Zorn, Otomo Yoshihide, Christian Marclay, Eric B. and Rakim...

Mes peintres (plasticiens) favoris.
John Baldessari, John Currin, Marcel Duchamp, Maurizio Cattelan, José de Ribera, Dan Flavin, Ellsworth Kelly, Richard Serra, Diego Velasquez, le maître de Lascaux et d'autres.

Mes héros dans la vie réelle.
Exceptés Mère Teresa et Padre Pio, le faussaire néerlandais Han van Meegeren qui ridiculisa avec ses faux Vermeer, experts et nazis.

Mes héroïnes dans l'histoire.
Lucy, la femme australopithèque.

Mes noms favoris.
A l'ère de “l'Idiocracy”, au sein du village global qui baigne dans la musique d'ascenseur ou de supermarché, comment résister aux noms de marque, surtout ceux qui ont tendance à préempter le langage, à privatiser les mots comme “Apple”, “Orange” ou “Tide”. Phénomène plus inquiétant (quoi que), il existe parait-il, des noms de marque donnés comme prénoms aux enfants : Infinity, Chevy, Celica, L'Oreal, Armani...

Ce que je déteste par-dessus tout.
Peut-être le terrorisme intellectuel mais surtout pas la bêtise, car c'est une source d'inspiration sans fin.

Personnages historiques que je méprise le plus.
Même les dictateurs les plus sanguinaires ont probablement été de merveilleux bébés, d'adorables enfants.

Le fait militaire que j'admire le plus.
L'atterrissage de l'homme sur la Lune.

La réforme que j'estime le plus.
La Contre-Réforme comme acte instigateur du Baroque à travers le “Décret sur l'invocation, la vénération et les reliques des saints, et sur les saintes images (25e session du Concile de Trente, 1563) soit la naissance de la société du spectacle religieux.

Le don de la nature que je voudrais avoir.
L'homochromie ou l'invisibilité par camouflage.

Comment j'aimerais mourir.
Cryogénisé avec la possibilité de se réveiller en l'an 2440, comme l'année du roman d'anticipation “L'An 2440, rêve s'il en fut jamais”. La réincarnation ou resurrection aurait donc lieu dans une fiction, un roman. Étrangement, ce roman de Louis-Sébastien Mercier écrit en 1770, “L'An 2440, rêve s'il en fut jamais” a été traduit en anglais “Memoirs of the Year Two Thousand Five Hundred”. L'an 2440 est devenu l'an 2500. Où sont passées ces soixantes années manquantes ? Mystère.


État présent de mon esprit.
Suite à la question précédente : gel du cerveau.

Fautes qui m'inspirent le plus d'indulgence.
Je m'absente du questionnaire-confessionnal un instant et reviens à la question suivante.

Ma devise.
La formule magique de “Huit et demi” :
— ASA NISI MASA.
— Ma che cosa vuol dire ? (Mais qu'est-ce que cela veut dire ?)



José de Ribera, Silène Ivre, 1626
Museo e Gallerie Nazionali di Capodimonte, Naples