30/09/2019


J'ai rêvé, l'autre soir, d'îles plus vertes que le songe...

photomontage de l'auteur / source Radio France

Françoise Giroud aurait dit de lui : « C’est un type à lire Saint-John Perse caché derrière une couverture de Playboy. »

Et vous, Mers, qui lisiez dans de plus vastes songes, nous laisserez-vous un soir aux rostres de la Ville, parmi la pierre publique et les pampres de bronze ?
Plus large, ô foule, notre audience sur ce versant d'un âge sans déclin : la Mer, immense et verte comme une aube à l'orient des hommes,
La Mer en fête sur ses marches comme une ode de pierre : vigile et fête à nos frontières, murmure et fête à hauteur d'hommes — la Mer elle-même notre veille, comme une promulgation divine…

Amers,  Saint-John Perse (1957)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire